Qu’est-ce-qu’un bilan parodontal ?

En présence de lésions parodontales, le chirurgien dentiste est dans l’obligation d’effectuer ce qu’on appelle un bilan parodontal. Ce bilan permettra d’établir le meilleur diagnostic pour le patient et de prescrire le traitement le plus adéquat. Etant donné que ce bilan concerne les tissus de soutien des dents et les gencives, le praticien suit certaines étapes importantes pour parvenir à de bons résultats au final. Ci-après l’essentiel à connaître concernant le bilan parodontal.

L’entretien entre le praticien et le patient

Inquiet et impatient, un patient atteint d’une maladie liée au parodonte se pose diverses questions. Par expérience, les praticiens de ce dentiste Montréal au Canada par exemple ont dénombré quatre principales questions que les clients leur posent généralement :

  • Qu’est-ce-que j’ai ?
  • Est-ce grave ?
  • Qu’allez-vous me faire pour me soigner ?
  • Quel prix cela va me coûter ?

Bien que le dentiste emploie une formulation différente, il se pose les mêmes questions que son patient. Afin de rassurer ce dernier, le chirurgien-dentiste doit pouvoir répondre rapidement.

Lors de ce premier entretien nous indique ce dentiste de Gatineau, le dentiste fait un bilan des symptômes et des informations médicales qui peuvent être connues sans examen médical (antécédents familiaux, tabagies, hygiène de vie et l’hygiène orale, etc.). Au bout de 20 minutes d’entretien, le praticien devrait être en mesure de formuler un diagnostic préliminaire.

Examens clinique et complémentaires

A la suite de l’entretien, le chirurgien-dentiste analyse les symptômes (suppuration, mobilité, saignements, etc.). Puis, il détermine les conditions bucco-dentaires du patient (présence de prothèses, nature de l’occlusion, signes de parafonctions, etc.). A cette étape, des photos sont prises avec des annotations concernant les détails de l’infection. L’examen clinique ne dure que 5 à 10 minutes et permet de confirmer la nature de la maladie.

Pour ce qui est des examens complémentaires, ils permettront d’avoir plus de détails sur la pathologie : son stade d’avancement, les risques de récidive, etc. En général, ces examens complémentaires sont l’examen bactériologique à l’aide de microscope, la radiologie pour le bilan long-cône et les tests biologiques et génétiques. Pour ces derniers, ils ne seront effectués que si le praticien l’estime nécessaire (vitesse de sédimentation, paramètres sériques, etc.).

Délivrance du traitement anti-infectieux

Il convient de noter dès le départ que le traitement d’une infection parodontale commence dès le premier entretien. A cette troisième étape, le praticien fera une démonstration du traitement, directement dans la bouche du patient. Cette démonstration ne sera pas faite par l’assistant ou l’hygiéniste et les termes appropriés seront utilisés durant cette opération. A la fin de la consultation, le professionnel remet divers documents à son patient. Ces documents contiennent des précisions quant à la pathologie, aux examens subis et aux traitements suivis et à venir. Ils mentionnent aussi les améliorations qui devraient survenir à la suite des traitements. Bien entendu, les autres prescriptions seront consignées dans une ordonnance.